Sur les Chemins de Compostelle

L’histoire d’un rêve



Rolland et Mathieu sur les Chemins de Saint-Jacques de Compostelle !

Notre ami Rolland, dernier cordonnier de Marolles, est parti sur les Chemins, avec son fils Mathieu, pour un périple de prés de 2000 kms.

« L’histoire de Saint-Jacques et son pélérinage, m’ont toujours passionné. Qu’importe le moyen, c’est le chemin qui compte : le vélo est mon moyen de prédilection car je suis amoureux de la petite reine »


Nous allons essayer de vous faire revivre leur périple, au travers de leurs différentes étapes, grâce aux messages qu’ils ont bien voulu nous faire parvenir en temps réel, et grâce aux notes et photos qu’ils ont bien voulu nous confier (merci à JCL pour son aide).

Nous avons découpé leurs aventures en cinq épisodes (les onglets en haut de cette page): Départ pour un rêve – Campagnes de France – Camino Frances – Le rêve réalisé – Retour d’un rêve
…Et maintenant régalez-vous (…comme nous !).

Pour les nostalgiques, les archives de ce périple ont été conservées ici !

Saint-Jacques de Compostelle

Partir vers Saint-Jacques de Compostelle est une aventure sur des chemins de vie, de spiritualité et d’histoire façonnés d’expériences et d’épreuves. Il s’agit de ne jamais perdre de vue que les chemins menant vers Compostelle sont avant tout des routes de pèlerinage pratiquées par des cheminants partis quelles que soient leurs motivations, pour un voyage au long cours.

En 1140, un moine poitevin, Aymeric Picaud, trace les premiers itinéraires pour Saint-Jacques de Compostelle dans le Codex Calixtinus. Dès lors, les Chrétiens venus des quatre coins de l’Europe, de l’Oural, à la Scandinavie, passeront par la France pour traverser les Pyrénées et se rendre au lieu sacré. Les quatre chemins historiques définis au XIIe siècle sont, de nos jours encore, empruntés par les pèlerins.(source : http://www.chemins-compostelle.com/)

Le cap Finisterre est la destination finale pour de nombreux pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Situé à environ 90 km de la cathédrale, il est le théâtre d’une récente tradition chez les pèlerins : brûler leurs vêtements ou leurs chaussures, ou plus simplement laisser ces dernières en offrande, à la tombée du jour.
L’origine de cet ajout au pèlerinage est incertaine, néanmoins les spécialistes imaginent une origine pré-chrétienne vraisemblablement associée au statut de « fin du monde connu » de ce lieu. La tradition s’est perpétuée du Moyen Âge jusqu’à nos jours.

(source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cap_Finisterre)



Lundi 28-05-2012 : Marolles en Hurepoix – Orléans (94 kms) en passant par Etrechy, Saclas, Méréville et Chanteau.

Le départ a eu lieu vers 10h, sous un soleil éclatant, et sous les acclamations de la famille, des amis, et des cyclistes du club de Marolles, qui ont accompagné nos pélerins sur quelques dizaines de kilomètres.




Arrêt devant le château de Mesnil-Voysin à Bouray-sur-Juine pour saluer les accompagnateurs du club de Marolles.

Vision grandiose de la cathédrale Sainte-Croix en arrivant à Orléans.